Qu’a-t-on écouté en boucle les sept derniers jours ? Une multitude de projets plaisants dont certains auteurs sont peu médiatisés mais assurément loin d’être inintéressants. Voici donc la réponse en 10 morceaux,​ ​attention​ ​:​ ​le​ ​mode​ ​shuffle​ ​est​ ​fermement​ ​enclenché.

  • Madijuwon – Do The Right Thing (ft. Lord Apex)

Madijuwon fait partie de ces producteurs à l’univers singulier avec un son atypique qui donne vie à un hip hop lumineux, spontané un peu à contre-pied qui vaut franchement le détour. En combinaison avec le rappeur Lord Apex, “Do The Right Thing” est le morceau idéal pour mettre de bonne humeur le matin, chatoyant, mélodieux avec cette étrange propension à instaurer des atmosphères qui flirtent avec un état de ​block party des années 80​’. C’est naturellement le single parfait pour ouvrir votre journée et annoncer​ ​son​ ​premier​ ​album​ ​prévu​ ​pour​ ​2018.

  • Ta-ku – Drive Slow, Homie Pt. V

L’événement est tellement de taille qu’il serait presque criminel de ne pas le mentionner dans la sélection, alors accrochez vos ceintures car Ta-Ku remet les pendules à l’heure avec le 5ème volume de Drive slow, Homie propose un mix qui n’en finira plus d’envahir nos espaces internet. En partenariat avec le célèbre magazine Hypebeast, l’un des piliers de Soulection remet le couvercle avec un nouveau chapitre d’une série qui a grandement contribué à établir sa réputation. Alors que tout semblait être à l’arrêt après le quatrième écueil, le producteur australien continue d’impressionner par sa constance avec encore un nouveau mélange d’une qualité sans défaut pour les fêtes de Noël. Plus qu’un simple cadeau, c’est une galaxie de bonnes vibes, plongez-vous dedans !

  • Skypierr – Hunter w/Elk

Skypierr chasse en terrain connu en lâchant quelques ogives nucléaires dont lui seul a le secret et pose un morceau meurtrier avec une coulée de trap bien saignante, qui exorcise les âmes perdues à coup de katana en une simple note. Combinez en plus avec le talent du français Elk pour une french connexion Berlin-Nice, et vous obtiendrez un lance-roquette pour canal auditif. Le vrai trait de génie de cette combinaison étant cette petite pince de mysticisme à tous les étages, qui laisse une sensation de chant solennel​ ​à​ ​chaque​ ​recoin.​ À​ ​présent​ ​les​ ​têtes​ ​vont​ ​rouler​ ​sur​ ​le​ ​sol.

  • Glo – Dröm – gℓo ͯ ʟxɪᴠ

Ces derniers temps, le niveau des températures commencent sérieusement à chuter et le baromètre est au plus bas. Dans ces conditions, le producteur Glo fait flotter la musique au-dessus des nuages, comme pour mieux contempler le paysage avec un mix mi-ambiant, mi-garage, où la sobriété des productions tranche dans le froid hivernal. Un poème enneigé à la fois envoûtant, monotone et subtil, tracklisté par des​ ​voix​ ​fantomatiques​ ​d’une​ ​beauté​ ​non​ ​négligeable.​ ​

  • Night Grind – Demise ft. Abyssus Erigo

Sortie des abysses du net, Night Grind livre ce qu’il a de plus précieux ; un son cristallin qui ajuste une minutie parfaite. Entre nappes langoureuses et effets basse d’une lourdeur presque obèse, le producteur d’Athènes disperse assez de finesse pour faire basculer la gravité dans le sens inverse et confirme​ ​qu’il​ ​en a​ ​encore​ ​sérieusement​ ​sous​ ​le​ ​pied.

  • Courage – Casio Cruise Ship

Cette semaine, le producteur Courage sert un instant de mélodie phonk, toute colorée dans une ambiance vaporeuse qui se diffuse tranquillement au-dessus de la piscine, transpirant la ride attitude, cheveux au vent à tous les niveaux. Une bien belle ballade qui invite au vagabondage en marge et gravite avec le niveau​ ​ultime​ ​de​ ​la​ ​décompresse​ ​par​ ​excellence.

  • Of Methodist – Dead to Me

Of Methodist est extrêmement bluffant dans le rôle du crooner-producteur nourri aux néons et aux lumières tamisées de l’arrière d’un club, rappelant une certaine figure emblématique de Toronto. “Dead To me” sent bon le flirt Rnb, plongé dans un brouillard sentimental, chanté à voix basse dans le creux de l’oreille, qui immerge tellement l’auditeur avec une vague intimiste que ce dernier se retrouve bloqué dans​ ​sa​ ​boucle​ ​hypnotique.​ ​L’école​ ​Drakienne​ ​est appliquée​ ​à​ ​la​ ​perfection.

  • Tek.Lun – Lonely Loss

En un peu moins d’une 1 minute 48, le producteur de Baltimore jongle avec les sonorités et réalise un vrai hold-up musical. Dans un interlude nostalgique, Tek.Lun arrive à dépeindre un spleen lancinant qui colle aux basques du morceau sans jamais le lâcher et nous rappelle sans cesse le temps qui passe, en magnifiant en quelques notes de synthé bien choisies et ainsi ​représenter son versant le plus épuré de sa​ ​composition​ ​mais​ ​aussi​ ​le​ ​plus​ ​touchant.

  • Slow Hours – Too Future

Quand le french crew et le Slow Hours se relaient derrière les platines, c’est la claque assurée. Les six producteurs (Kidswaste, Khamsin, Lain, Kultur, Rusty Hook, et Astre) enchaînent avec talent une symbiose musicale dans un mix éclectique composé de matière stellaire. Un bref moment d’extase où leurs singularité respectives s’associent dans une symphonie terriblement ravageuse​ ​pour​ ​l’ouïe.

  • El G – 9.00AM

Une vue face à la mer, des palmiers et un transat. Le décor est planté et El G distribue les sorbets et la glace caramel avec de la baile funk, bien phonky, qui coule lentement vers un sentiment de quiétude où tout semble paisible. De longues minutes de bonheur pendant lesquelles on flotte au calme, ainsi coupé du​ ​reste​ ​du​ ​monde​ ​qu’un​ ​astronaute.