BIP

Dans une autre vie ce natif de Manchester était Adio Marchant, membre du groupe Kid British. Il est désormais Bipolar Sunshine, une espèce d’hybride psychiatro-musicale.

Pourquoi avoir choisi le pseudonyme “Bipolar Sunshine” ?

Je voulais quelque chose qui me permettait de parler d’un large éventail de situations traversé au cours de ma vie avec toujours le soleil au bout du tunnel. Comme j’ai moi-même été dans de mauvaises situations, je pense que si j’arrive à sortir quelqu’un de la dépression, j’aurais fais mon job.

Quand as-tu commencé la musique ?

J’ai commencé quand j’avais 12 ans à écrire moi-même, mais j’étais trop timide pour le montrer aux autres. Il a fallu attendre que je sois plus vieux pour commencer à rapper et prendre de la confiance. J’ai rejoint le groupe Kid British, nous avons été signé très rapidement mais nous ne savions pas ce que nous faisions. Je me suis donc fais la promesse que lorsque je reviendrais dans la musique, je prendrais le contrôle. Ensuite, j’ai rencontré le producteur Jazz Purpple, nous avons monté notre label «Aesthetic Records» et commencé à produire notre propre musique.

Quelles ont été tes influences ?

Karen Carpenter, Kanye West, Morrisey, The Police, OutKast, Blur, The Weeknd, Drake.

Peux-tu décrire ton style ?

Mon style est « Post-Genre ». Comme je n’ai pas de style spécifique, j’ai tendance à prendre un peu de tout dans beaucoup de genre. Il serait faux de dire que mon genre est une seule chose, donc je l’appelle post-genre.

 

Où trouves-tu tes idées pour de nouvelles chansons ?

La vie est mon procédé de création. J’écris quand je me sens inspiré, quand j’ai une histoire à raconter. C’est comme une thérapie.

Tu as sorti un EP intitulé ‘Deckchairs On The Moon’. Quel est l’esprit du projet ?

Esprit libre, tu peux faire ce que tu veux, nous vivons dans un monde avec tellement de règles inutiles qui se transforme en peur. Je veux que les gens prennent le temps d’être libre et soient insouciants.

 

Tu as aussi dernièrement travaillé avec le rappeur Goldlink sur le titre “Future (part 1)”. Quelle est l’histoire de ce track ?

Le futur est écrit, quand tu vois quelqu’un et que tu es directement attiré vers lui en une poignée de secondes, tu commences à penser à ce que serait ta vie si tu étais avec elle. La chanson parle d’un “flash” de pensée.

 

Quelle est ton opinion sur la scène hip-hop/rnb/pop en Angleterre ?

Je pense que ça va mieux, cela évolue, ce n’est pas facile de percer. Tu peux voir des gens comme Skepta faire de grandes choses mais je pense que l’Angleterre évolue avec ses prochains hybrides qui prennent les bons éléments du hip-hop et ajoutent leurs touches personnelles. J’aimerais dire que je fais partie de ce mouvement avec FK Twigs, Jazz Purples et Augustus.

Bipolar-sunshine

Tu connais quelque chose sur la France et sa musique ?

Pas grand-chose mais je suis intéressé. Mes amis du groupe Murkage sont toujours en train de jouer en France, ils disent que la scène hip-hop est massive là-bas.

C’est quoi la suite pour toi ?

Je vais sortir mon album l’année prochaine et ma première mixtape sur mon label. Ce sera une grosse année !

Qu’est-ce que tu écoutes sur ton Ipod ?

J’écoute juste “Pound Cake” de Drake.

Pour conclure, on sait que tu as également été footballeur ?

Oui j’ai joué pour quelques équipes, mais j’ai eu de mauvaises blessures donc j’ai du arrêté. Mon petit frère Ashley Smith Brown joue pour Manchester City, c’est un crack, jetez un œil sur lui.