Ça y est, le soleil fait son grand retour. Les fleurs s’épanouissent, les tenues sont plus légères, les parcs se remplissent… le moment idéal pour se replonger dans le premier album solo du beatmaker Izen, Cloud 16.

“Je l’ai appelé Cloud 16 car j’habite au dernier niveau d’une tour de 16 étages. Et aussi, dans le rap cainri, le cloud 9 c’est quand t’es un peu faya, mais bien” (Izen)

Sorti en septembre 2018, ce projet est conçu pour accompagner l’été. A la fois ensoleillé et vaporeux, il comporte au moins un invité sur chacun des dix morceaux. Mélangeant composition et sampling pour apporter un grain à ses créations, Izen a enregistré la plupart des artistes dans sa chambre, la Blue Room. Si l’on retrouve des artistes avec qui les collaborations sont habituelles, comme LeSix, Retro X ou Majdon Co., le beatmaker a créé la surprise en invitant Jäde et Sali, deux pépites lyonnaises dont la seconde est assez confidentielle : “ça s’est fait directement. Je leur ai proposé une instru, un mood en mode summer cloud et ils/elles se sont adapté(e)s” explique le producteur lyonnais.

“En 2017, j’ai connecté à plein de gens et ça a donné pas mal de sons. Ensuite je me suis demandé ce que je pouvais en faire et j’ai voulu faire un projet homogène” confie Izen. Et c’est bien là la force de Cloud 16 : posséder une même couleur qui se décline en autant de nuances qu’il y a de morceaux ou d’invités. Si l’ode au chill et l’invitation au voyage se ressent tout au long du projet, l’humour qu’apporte LeSix sur Volontaire tranche par rapport au texte et à l’interprétation plus mystique réalisée par Jäde avec DangeR. Tout comme le mumble rap de Retro X sur Booty Shake apporte une teinte différente du flow autotuné de Majdon Co. sur Smoothie. Sur Wanderland, le rap désabusé de 8ruki se marie aux envolées lyriques d’Iris. Ensemble ils participent à développer une atmosphère oscillant entre mélancolie et élévation.

Et même en dehors de la palette d’invités, qui permet de créer de la diversité au sein d’un même univers, Izen parvient à ne jamais lasser notre oreille en offrant des productions qui se complètent mais ne se ressemblent pas : Sur la Piste évoque la nostalgie avec des notes de piano qui saturent ; Wanderland cristallise l’atmosphère du projet, entre élévation et nostalgie, ave Sur Le Coeur ouvre l’album avec des nappes de mélodies aériennes qui s’entremêlent en apparaissant puis disparaissant progressivement. Cette construction apporte une profondeur qui est décuplée avec le mixage réalisée par Izen. Car en plus de produire ses morceaux, il se charge du mixage afin de faire sonner ses créations au plus près de ce qu’il recherche.

Avec ce premier album, Izen a souhaité développer une atmosphère aérienne et ensoleillée. Le pari est réussi pour ce projet sorti en deux versions – la seconde agrémentée de quatre bonus, trois instrus pour kicker ou chiller et un excellent remix de Lil Pump co-produit avec Kamanugue. Produisant des morceaux qui possèdent une âme, avec des mélodies touchantes ou au moins en transmettant des émotions, Izen créé une musique personnelle qu’il mélange à ses multiples influences. En attendant son prochain album, Agressive Distorsion, qui annonce un mood plus brutal, on vous invite à prendre un bain de soleil en écoutant Cloud 16 afin de saisir à quel point l’art peut faire voyager.