Pas plus tard qu’hier nous vous présentions Dua Saleh, une artiste soudano-américaine non binaire et sa chanson « Body Cast » véritable hymne contre l’injustice et les violences policières, sortie il y a deux semaines. Aujourd’hui nous souhaitions revenir sur son EP « Rosetta » produit par Psynum, dévoilé il y a quelques jours. 

Originaire du Soudan, Dua a été obligée de fuir le pays à cause de la guerre civile, c’est pourquoi le titre « Smut » comporte des parties chantées en arabe, sa langue maternelle. Malgré son éducation religieuse stricte, l’artiste a toujours soutenu, et continue de soutenir, la communauté LGBTQ+ à travers son travail et ne compte pas s’arrêter en si bon chemin. Directement lié à la surnommée « Godmother of rock and roll », Sister Rosetta Tharpe, à laquelle Dua Saleh s’identifie énormément, l’EP composé de 6 titres est un mélange sans frontières entre distorted rock, R&B, trap et d’autres influences qui donnent à cette oeuvre ce rendu si unique. À la fois poétique et hypnotique « Rosetta » nous plonge directement dans l’univers de l’artiste que l’on a hâte de voir grandir. 

« Comme Dua, sœur Rosetta Tharpe n’avait pas peur de briser les tabous ou les dogmes religieux. Tharpe a toujours su séduire les églises et les bars avec des styles de distorted guitare et une présence scénique flamboyante. Et bien qu’elle se soit mariée plusieurs fois, elle était connue pour avoir eu des relations amoureuses avec des femmes. Dua établit un parallèle avec Tharpe avec sa propre biographie ayant grandi queer dans un foyer musulman strict. »