Avec “Imany”, son premier album tant attendu, la promesse Dinos s’affirme comme un des meilleurs rappeurs de la nouvelle génération. Celui que l’on appelait autrefois Dinos Punchlinovic nous livre un projet mature, sincère, tristement joyeux, et mélodieux. À l’occasion de son passage chez Bizarre ! à Vénissieux dans le cadre de son Imany Tour, nous lui avons posé quelques questions. 

 

Imany est sorti le 27 avril 2018. 6 mois après quel est ton regard sur cet album ?

Je suis satisfait de l’accueil du public. Ce soir je suis à Vennisieux, c’est cool de pouvoir voyager à travers la France par le biais de cet album car tous les projets ne te permettent pas de découvrir de nouvelles salles, de nouveaux publics. Je suis content que cet album nous offre de nouvelles opportunités afin de gravir un échelon pour le prochain.

As-tu des regrets ou des surprises sur ce projet ?

Je ne regrette pas dans la vie, je pars du principe ou quand quelque chose est déjà fait il faut agir en conséquence.

Pour les surprises un des premiers concerts de la tournée était au Ninkasi, on a fait le titre “Donne moi un peu de temps”, on ne s’attendait pas à cette réaction, on s’est dit “ho on dirait un banger, qu’est-ce qui se passe ?!”

Beaucoup d’émotion et notamment de l’Amour dans ce nouvel opus. Quel est ton rapport à ce sentiment ?

J’ai toujours aimé écrire à propos de l’amour, c’est juste que je n’en ai pas eu l’occasion. Sur mon EP “Apparence” , il n’y a qu’une chanson qui parle d’amour “Comme un dimanche”.

Si tu me demandes d’écrire sur ce sentiment, je peux te faire un album avec 3 millions de thèmes différents : l’amour que j’ai pour ma musique, l’amour d’une mère pour son fils, etc.. C’est la sensation humaine la plus importante, une des raisons de vivre de l’être humain. Ce concept est tellement fort qu’il ne s’épuise jamais, il n’y qu’à voir avec les films d’amour, c’est toujours la même histoire au final, c’est juste la manière de raconter qui diffère.

Le ton du projet est plutôt triste donc si je te qualifie de rappeur mélancolique, est-ce que c’est juste ?

Non, tu ne te trompes pas mais tout est relatif. Kendrick Lamar, et Drake, sont des mélancoliques, “God’s Plan” c’est un méga banger, mais c’est triste en vrai.

La musique, l’art sont sujets aux émotions, une simple photo, ou affiche, peut te mettre en émoi.

Tu termines avec le titre « Presque Célèbre ». Quand on voit ta dernière collaboration avec le producteur Harry Fraud, tu te dis que tu es sur la bonne voie ?

Je me rends compte que c’est vraiment grand, et cela prouve que le travail paye, j’ai travaillé pour en arriver là. C’est une belle collaboration mais parfois j’oublie de célébrer l’instant présent car je sais ou je veux aller, et j’en suis encore loin !

Tu as dit dans le freestyle “Carte Gold” : “Frais comme Denzel jeune ou Benze’ 9 dans une Benz’ neuve”. Apparemment tu aimes le foot, et Benzema ?

Tous les mecs de cité kiffent Benzema. Il est chaud KBnueve ! il me régale dans ses story Instagram avec ses dédicaces (pour le rappeur Alonzo), au niveau swagg également c’est du lourd.

Tu aimes la mode notamment avec la création de ta marque Namaste Club. Tu peux nous en dire plus ?

J’aime beaucoup les habits, je fais souvent du shopping. J’aime des marques comme Gosha Rubchinskiy, Off-White. Pour moi le MVP de cette année, c’est Tyga, il fait du “deposit”, il ne met pas ses habits, il les dépose juste sur lui. Asap Rocky était chaud aussi pendant la Fashion Week parisienne.

Sinon sur Namaste Club, je m’en occupe avec Oumar mon manager. On prend du plaisir, et on ne sait pas trop encore ou l’on veut aller, cela fait seulement 1 an que le concept existe.

Tu fais pas mal de référence au sujet de NYC et surtout Jay Z à presque chacune de tes interviews. quelle est pour toi la plus grande différence entre le rap français et américain.

Jay Z c’est mon rappeur préféré. Il n’y a plus tant de différence entre le rap US et FR, la seule c’est le mode de vie. Comme la trap, certains pensent que c’est mort mais tant qu’il y aura des bendo, ce sera présent. Pareil pour l’afro trap, tant qu’il y aura des cainfri, ce genre vivra toujours.

Booba est un de tes rappeurs préférés ?

Booba a été le rappeur préféré de tout le monde, comme Jay Z, 50 cent. Tu ne peux pas nier la puissance du mec, l’album Temps Mort a été une dinguerie.

Qu’est-ce que tu écoutes en ce moment ?

L’album de Youssoupha “Polaroid” qui vient de sortir , Travis Scott, la mixtape de Danielle Bregoli alias Bhad Bhabie, le dernier album d’Aminé, Post Malone, beaucoup de Rnb, et du Frank Ocean, c’est sûrement mon artiste préféré.