elhae-interview

Basé à Atlanta, Elhae ne ressemble en rien au rappeur Rich Homie Quan ou encore Migos. Loin du rap bling-bling il apporte un style complètement différent fondé sur ses propres expériences, et donne un nouveau souffle à la scène hip-hop de cette ville. Il est l’une de ces espèces rares qui peut jongler entre le rap, le chant et la production. Un artiste complet que Ninki est allé interroger..

 

Nom: Jamaal Jones alias Elhae, acronyme de “Every Life Has An Ending” (toute vie à une fin)

Âge: 22

Ville natale: Macon (Géorgie)

Qui est Elhae ?

Je suis juste un mec qui adore être en connexion avec les gens et être créatif à travers la musique.

Comment s’est déroulé ton enfance ?

Assez facilement. J’ai eu la chance d’avoir mes deux parents en vie. J’ai passé une bonne partie de mon enfance à Savannah en Géorgie, d’où venaient mes grands-parents. Le quartier était un peu rude donc j’ai été capable de comprendre ce que je voyais assez jeune.

Tu as grandi en écoutant quel type de musique ?

Un peu de tout, mes goûts sont vraiment variés. J’étais vraiment à fond sur N.E.R.D, Linkin Park, RadioHead, Outkast, et toute la clique du Roc-A-Fella.

À quel moment es-tu tomber amoureux de la musique ?

J’ai vu la vidéo de Pharrell “Frontin” et à ce moment j’ai su que je voulais créer le même son que lui. C’était à peu près vers mes 12 ans.

 

 

Sinon quelles ont été tes autres inspirations ?

Pharrell a toujours été mon inspiration, tout comme Lupe Fiasco et Kanye West.

Quel est ton processus de création pour l’écriture ?

Le processus change de temps en temps, tout dépend de mon humeur. Ça commence avec un beat, j’ai besoin de l’aimer et il doit m’emmener quelque part. La plupart du temps je commence à fredonner une mélodie tout en écoutant une instru et au moment où je finis l’écoute, je sais ce que je vais dire dans cette chanson. Dernièrement j’ai juste ressenti la vibe du beat et j’ai freestyler. Tout ce que je chante sur ‘AURA’ a été complètement freestyler.

D’ailleurs en parlant d’AURA, est-ce que tu peux nous présenter ce projet ?

J’ai créé un EP l’année dernière intitulé “HER: Ark’s Fall”. Il parlait d’une vilaine rupture que je traversais. AURA est naturellement une mise à jour sur ce que je ressens et comment j’ai géré ce moment.

 

 

Si tu devais choisir entre le rap et le chant ?

Probablement le chant parce que les gens aiment les mélodies. Ils sont plus susceptibles de se rappeler d’une mélodie que d’un rap, donc je garderai le chant.

Qu’est-ce que tu penses de la scène d’Atlanta ?

Je l’aime ! C’est vraiment varié ici. Tu as des gens comme Raury et moi qui essayent d’être vraiment innovant avec la musique, et tu as Young Thug, Migos, et Rich Homie Quan qui ramènent ce côté d’Atlanta que tout le monde aime. C’est juste cool et j’adore voir comment les gens sont réceptifs à ce nouvel air.

Tu as déjà travaillé avec Rick Ross, mais quelle serait la collaboration de tes rêves?

Elhae featuring Little Dragon (produit par Pharrell)

On t’a vu également collaboré avec le beatmaker français Stwo. Tu connais d’autres artistes français ?

Oui, Stwo ma contacté pour le morceau “Oceans”, je ne m’y attendais pas du tout pour être honnête. Je ne connais pas beaucoup d’artiste français mais je suis vraiment ouvert pour en apprendre davantage sur la musique de ce pays.

 

 

Tes beatmakers préférés ?

Pharrell est le numéro un de cette catégorie. Bien sûr mes producteurs, Rascal, Ayo the Producer et Keyz. J’adore beaucoup la famille du label Soulection. J’aime juste la bonne musique et tu ne peux pas le renier quand tu l’entends.

Quelle est ta relation avec le fameux label Soulection ?

Ces gars sont devenus de bons potes pour moi. Je crois qu’on est tous sur la même longueur d’onde et c’est pour cela que nous sommes devenues proches. Ils croient en moi et je crois en eux. Bonnes personnes et bonnes vibes.

Je les ai rencontré l’année dernière au festival SXSW. Mon pote SPZRKT allait sur scène avec Sango, et m’a invité à les rejoindre. Je n’étais pas vraiment conscient du mouvement à ce moment mais je suis un mec ouvert d’esprit, j’aime aller vers de nouvelles choses et encore plus quand c’est génial. Je savais que leurs musiques étaient vraiment bonnes mais j’étais trop naïf pour voir comment ces gars étaient appréciés. J’ai rencontré Sango, ESTA, et ils étaient comme “bah, peu importe”. Pour eux j’étais sûrement juste le pote de quelqu’un qu’il connaissait déjà (SPZRKT). Une année plus tard, je crois que mon titre “Drive Me Crazy” a fait parler Joe Kay (le fondateur du label) et son équipe. Ils m’ont ensuite contacté et depuis on est tous devenu relativement proche. C’est drôle parce qu’ils ne se rappellent pas m’avoir rencontré en 2014 ! (rire)

Il y a quelques jours, tu as même travaillé avec le beatmaker J-Louis sur le track “Cliffhanger”.

Oui, j’ai connu Josh (J-Louis) à Los Angeles pendant les Grammy cette année. J’ai eu l’opportunité de m’assoir et m’ambiancer avec lui. On a travaillé sur quelques sons et créer une amitié.

 

Il se murmure également que tu préparerais un EP avec Esta ?

J’ai enregistré un son avec ESTA, il n’est pas encore sorti mais après il m’a attrapé pour me dire “on devrait faire un EP ensemble”. C’était juste une parole comme ça ! (rire). Puis ensuite j’ai enregistré Fairy tales et je pense que c’est possible que cela arrive, qui sait ? tu vas devoir rester connecté pour le savoir.

Qu’est-ce que tu écoutes sur ton iPod en ce moment ?

J’écoute beaucoup de choses différentes. Little Dragon, MJ, Civil Twilight, Neighbourhood, Kendrick Lamar, James Blake, Young the Giant.

Tes plans pour la suite ?

Continuer de taffer sur quelques musiques et peut-être une tournée.

Quelque chose à rajouter ?

Un peu de bruit pour le crew Dream Loud et merci Ninki pour cette interview.

Plus de Elhae ?

Tu peux me suivre sur Facebook, Twitter, et Soundcloud.