Beyoncé article

Vivre dans une grotte dans la vieille campagne de Montluel tel un rebut de la société, voilà la seule excuse pour ne pas avoir entendu parler d’Ivy Park. En effet depuis quelques jours, impossible de passer à côté de cette marque. Des spots TV, des affiches publicitaires, un site internet spécialement concut pour l’occasion, bref une stratégie de communication particulièrement bien réussie puisque aujourd’hui tout le monde n’a qu’un mot à la bouche, voire plutôt deux, Ivy Park.

 

Mais au final c’est quoi ?

Pour sa première collection de vêtements, on aurait pu s’attendre de la part de Queen Bey à des pièces hors de prix, des tissus précieux, des ornements dignes d’un rare nom de l’aristocratie… Et bien non. Au menu, des habits de sport : leggings, brassières, débardeurs, shorts, sweats, des claquettes, des casquettes et des bandeaux. Des produits mélangeant le style, le fonctionnel et la précision sportive s’inspirant fortement du style quotidien de Beyoncé.

Tout l’objectif de Mme Knowles et de Sir Philip Green (le gérant de Topshop qui a aidé la chanteuse dans la création de cette marque) est de promouvoir une ligne sportswear dans laquelle on se sent bien.

 

“Quand je m’entraîne et que je répète, je vis dans mes fringues de sport mais il n’y a aucune marque sportswear qui me ressemble vraiment. Mon objectif avec Ivy Park est de repousser les limites d’une ligne de vêtements athlétiques et d’inspirer les femmes qui comprennent que la beauté est au-delà de l’apparence physique.  Beyoncé

 

Découvrez la vidéo de promotion « Where is your park ».

 

Au final, avec Ivy Park, Beyoncé laisse un message d’espoir à toutes les femmes. Qu’elle fasse du 36 ou du 42.

Riche de 80 produits, variants de 20 euros pour un tee shirt, à plus de 200 euros pour un body, la collection est déjà disponible chez une douzaine de revendeurs tels que Topshop, Zalando, Net-A-Porter et Selfridges.