hamza-lyon

Cette année, le collectif lyonnais Artjacking fêtait son huitième anniversaire. Pour l’occasion, le Young Thug bruxellois Hamza est venu enflammer le Yard bien aidé par Malinké, Richie Santos et Asura, le DJ de Joke.

Malinké & Richie Santos

1H00 du matin, dimanche 24 avril. Une heure après l’ouverture des portes du Yard, la salle commence à se remplir petit à petit. Sur scène : Malinké et Richie Santos s’échangent les platines de temps à autre. Pour mettre le feu aux poudres, ils ont leur recette et leurs artistes favoris. Drake, Young Thug, Future, Kanye West, les titres s’enchainent et la foule devient de plus en plus réceptive. Les dabs se suivent mais ne se ressemblent pas. Les deux DJs, signés sur le label Artjacking, misent aussi sur des titres français, plus connus encore et plus appréciés. Avec 92i Veyron en figure de proue, les morceaux français ont autant de succès que ceux d’outre-Atlantique. Au fur et à mesure de la soirée, PNL, Kalash, Damso, Joke ou encore SCH ont su faire patienter une foule électrique qui n’attend que la venue d’Hamza.

39

Hamza

Le moment que toute la salle attendait est arrivé. Accompagné par Bellagio, son DJ, Hamza foule la scène et commence avec son titre qui récolte le plus de vues sur Youtube, Minimum. Fidèle à lui-même, ses gimmicks et sa gestuelle ravissent le public qui scande chaque fin de phrase, comme un hymne. La température est prise : les lyonnais(e)s présent(e)s ont révisé leurs gammes et sont prêts à épauler Hamza à chacun de ses titres. Sans plus attendre, il enchaine avec le titre Baby Mama, qui n’est pas présent sur sa mixtape H-24 puisque c’est un freestyle en exclusivité pour Booska-P. Bien que la salle semble moins connaitre ce titre, l’ambiance reste électrique, dans l’attente du prochain titre, Respect. Ce titre-là est le troisième son le plus vu sur Youtube. En plus de ça, il passe assez fréquemment en radio et la salle se fait une joie de chanter le refrain en coeur “Tu peux acheter un .38 spé, mais on n’achète pas l’respect“. Le public reprend de la voix et Hamza, très réceptif, dénote que le climat monte encore de quelques degrés. S’en suit alors un mash-up de trois titres dont il ne chantera qu’un couplet de chaque, accélérant le rythme du concert. Respectivement, Mi Amor, Police Ass Nigga et Danse pour moi se suivent. Bien que la mise en scène ne soit pas atypique, le Belge occupe l’espace sur scène et continue sa gestuelle dont il a l’habitude. Un peu déçu qu’il ai raccourci ces morceaux, notamment Police Ass Nigga qui aurait pu être l’un des moments phares de cette soirée, Hamza se rattrape très vite lorsque les premières notes de Bibi Boy Swag retentissent. La folie de ce showcase a alors atteint son paroxysme. Dans la fosse, les mouvements de foule sont dévastateurs, les verres se renversent, les nuques se brisent : le morceau s’y prête. La démence redescendra alors sur le titre suivant, Mula. La salle devait reprendre son souffle. Après ce morceau, Hamza annonce son dernier son. Le public, déçu d’avoir eu si peu à se mettre sous la dent alors que l’ambiance s’améliorait de titres en titres, chantera néanmoins le refrain de La Sauce en guise de consolation. Face à une assemblée prête à continuer de profiter du show, Hamza fait une promesse : il reviendra. Il laisse alors place à Asura.

hamza-lyon

24

Asura

Après une courte pause où la salle est allée prendre l’air après le show d’Hamza, c’est Asura, le DJ de Joke et signé sur le label Artjacking qui prendra la relève. Son set est tout aussi énergique que celui de ses comparses Malinké et Richie Santos. Un brin plus éclectique, il met à l’honneur Future, Lil Uzi Vert, certains membres du Asap Mobb ou encore Young Thug. La salle jète ses dernières forces lorsque WYDW de DJ Carnage résonne. La seule ombre au tableau sera alors des titres d’SCH ou encore de Booba qui ont déjà été passés en première partie de soirée.

43

40

Pour résumer, on peut remercier Artjacking d’avoir ouvert les portes de Lyon à Hamza pour la première fois. À côté de ça, les DJs résidents ont su faire le job pour nous ambiancer tout au long de la soirée et ont bien encadré la venue du jeune prodige belge. Il ne nous reste alors plus qu’à rester aux aguets et guetter la prochaine venue d’Hamza, sans doute dans le cadre de la sortie de Zombie Life, son second projet.

 

crédit photo: Juliette Valero