DJ AK

Lyon, capitale française du rap West Coast. Quoi ? t’es pas d’accord ? Après t’avoir présenté DJ AK et son acolyte Rui (= le label Gangsta Zone Recordz), tu ne pourras qu’acquiescer.

Nom: DJ AK

Âge: 31

Lieu de résidence: Lyon

J’ai grandi en écoutant: Michael Jackson pour commencer, puis ensuite l’univers funk. Je suis arrivé au rap par les DJ’s français→ Cut Killer, DJ Abdel. C’est ce qui m’a donné envie de commencer la musique

Quand as-tu commencé exactement ? À 17 ans avec le rap français ( IAM, etc..). Très vite, j’ai découvert le rap californien.

Ton nom était associé au groupe Pass Pass, qu’en était t-il? J’ai rencontré le groupe en 1997. Étant proche de mon univers, je me suis mis à produire leurs instrus.

Ta rencontre avec Rui, le co-fondateur du label: Ce fut par l’intermédiaire du label californien Underworld 805 records. J’étais parti à la base pour vendre un album avec Pass Pas. Ce label m’a parlé d’un lyonnais (Rui) qui était importateur et distributeur de CD West Coast en France.
JE PRODUIS, IL VEND→ notre collaboration a donc logiquement commencé

(Rui parle) J’avais déjà un site “Gangsta Zone” qui vendait les CD’s que j’importaient pour la Fnac, et autres disquaires. On a gardé le nom et le label s’est formé en 2007 avec la sortie de 2 projets dans la foulée.

Comment définis-tu ton style musical: Je ne suis pas enfermé dans le G-Funk, je suis ouvert à tout. Ma ligne directrice reste toute fois le funk.

Ton but dans la musique ? Pas tellement la notoriété. Ce serait d’arriver à une autonomie.

(Rui parle) Donner aux gens ce qu’ils ont envie d’écouter, car ce qui passe à la radio n’est pas forcément ce qu’ils veulent.
La question qu’on nous pose le plus c’est “Pourquoi on ne vous entends pas assez ?”
La musique c’est beaucoup de réseaux, c’est pour cela qu’on essaie de faire tout nous-mêmes → le concert du jeudi 10 octobre au Ninkasi Kao avec la présence de WC de Westside Connection et Big Syke du groupe Thug Life formé par Tupac.

https://www.facebook.com/events/206153996211954/?fref=ts

Alors, G-Funk is Dead ?  (Rui) c’est un mouvement marginal car les médias l’ont voulu. On dit que le funk est ringard, mais regarde Daft Punk !

C’est une question de mode.

le G-funk n’est donc pas mort ? Aux states si, mais je pense qu’il devrait changer le message (sexe, drogue, argent). Cette musique fait peur, c’est pour cela que l’on organise tout de A à Z. C’est politique, ceux qui se sont adaptés continuent. Les autres sont un peu au placard.

Ex: Snoop Dogg devenu Snoop Lion qui chante maintenant “No Guns Allowed”.

Ce que tu écoutes sur ton ipod ? Plus de G-Funk car rien de nouveau. En revanche, j’écoute du funk car on découvre toujours de nouveaux sons.

Quels sont tes artistes favoris ? Stevie Wonder , Michael Jackson, Roger Troutman, James Brown, et Daft Punk→ j’aime beaucoup leur dernier album.

Un mot sur ta prochaine collaboration avec Foesum. Comment s’est passé la rencontre ? (Rui) Comme j’étais distributeur et que j’allais souvent à Los Angeles, je les ai rencontré pour leur proposer le projet. Le courant est bien passé. De toute manière, jamais un artiste nous a posé des problèmes.

De plus, on avait déjà fait venir Foesum 2 fois à Lyon. À la MJC de Rilleux en 2011 et au Ninkasi Café en 2012. Après autant de rencontres, on s’est dit qu’il fallait faire un album.

Comment avez-vous travaillé avec eux ? Quand ils étaient à Lyon, nous avons travaillé en studio. Ils ont sélectionnés une vingtaine d’instrus avec lesquelles ils sont repartis aux states. On leur a donné une certaine ligne directrice car on ne voulait pas faire un album entièrement talkbox. C’est pour cela qu’ils seront accompagnés notamment par Bo-Roc, Tasha, Supertronix.

Foesum feat. Bo Rocc – “House Party” , premier single de ‘G-Funk Shun’, le prochain album de Foesum entièrement produit par DJ AK.

Supertronix, c’est ton groupe ? oui, un vrai groupe live electro funk à l’horizon large. Au complet nous sommes 7.

Votre avis sur le rap lyonnais ? (Rui) On a essayé de faire quelque chose avec un rappeur lyonnais nommé Larson. Il y a du talent à Lyon, mais bizarrement c’est plus facile de travailler avec les américains. Il y a plus de réactivité. Le style G-Funk n’est pas évident non plus.

Et sur le G-Funk en France ? Il y a une grosse scène. ex: PAPILLON BANDANA avec qui j’ai déjà collaboré.

On ne veut pas cette étiquette G-Funk car le rap est un art limité : intro, refrain, couplet.
D’ailleurs, mes prochains projets seront funk, éléctro funk.

La collaboration rêvée ? Ce serait forcément du coté du chant. Je dis donc Stevie Wonder.

Ah oui, j’en oublie un ! DJ Quik

(Rui) Quand on fait le bilan de nos collaborations, chaque fois on se disait que c’était impossible.

Au final la liste est longue: Knoc-turn’al, Crooked I, Mr. Criminal, Mr. Shadow, Latoya Williams, Spice 1, Daddy V, Big Syke, WC, B-Legit, Kurupt, Daz Dillinger, et d’autres !

Un dernier mot: (Rui) Que les lyonnais continuent à nous supporter et à venir à nos concerts. Il y a du talent dans notre ville alors arrêtez d’aimer les autres ! (rire)

Pour plus de DJ AK, tu peux le retrouver sur facebook ou soundcloud.

DJAK