Eau Max

Plus d’un mois après la sortie du titre “Codé” (dont nous vous parlions ici), TripleGo dévoilaient hier leur troisième projet “Eau Max” en exclusivité pour nos confrères de SURL. Après un premier extrait qui a su convaincre tous ceux qui l’ont écouté, puis un second un peu moins remarqué mais tout aussi qualitatif, les Montreuillois passent la seconde et nous délivrent un opus aussi codé que leur langage. Pas le temps de niaiser, il est temps d’écouter.

Comme son prédécesseur “Eau Calme”, “Eau Max” comprend plus d’une dizaine de titres, 12 précisément. Sur deux d’entre eux, on retrouve Juxebox à la production, un beatmaker Montpelliérain et ami du duo, signé sur le label d’Areno Jaz, Jihelcee Records. Pour les 10 titres restants, MoMo Spazz prend les devants et exploite les possibilités qu’offrent les sonorités propres à la cloud music. Voix pitchées, snare et hat qui viennent taper directement derrière la tête sont monnaie courante et trouvent parfaitement leur place dans l’ambiance enivrante et planante du projet. Au niveau des thématiques abordées, Sanguee démocratise son spleen pour le mettre à la portée de tous. On slalome entre culs de joints et culs de meufs, en passant par la remise en cause existentielle (“J’ai trop de soucis à régler, des conflits avec moi-même”), le tout plutôt bien réalisé. Une mention spéciale au titre “Mierda” qui saura parfaitement vous accompagner lors d’une ride tardive et estivale de votre ville/village/lieu-dit.

En résumé, Eau Max trouve parfaitement sa place dans le décor “rapologique” actuel. Si vous en avez marre de la trap, mettez-vous à la cloud music et télécharger Eau Max en cliquant ici.