soulaymbeatsjpeg

Soulayman vient de lancer sa carrière avec la production du premier single du prochain album de Booba. Rencontre avec un jeune et éclectique beatmaker qui cultive habilement l’art du mystère.

Nom: Soulayman Ettayeb

Âge: 21 ans

Ville Natale: Je suis originaire de Fès, maintenant je suis installé à Sefrou (Maroc)

Qu’est-ce qui t’a donné envie de faire de la musique ?

Je suis né dans une famille qui aime la musique et depuis que je suis enfant j’ai baigné dans cet univers. Mes parents chantaient, ma sœur fréquentait le conservatoire de la ville. En 2006, après 2 ans de conservatoire, j’ai téléchargé FL Studio, le logiciel phare des compositeurs contemporains. Je ne me suis jamais arrêté de travailler, et ce long travail m’a permis d’avoir une certaine aisance dans la composition. Je compose des instrumentales de rap, reggae, dance hall et de l’électro.

As-tu une méthode de travail particulière ?

Je pense que chaque compositeur a sa propre méthode de travail, j’ai aussi la mienne.

Tu as produit le titre “OKLM”. Comment s’est déroulé la connexion et la collaboration avec Booba ?

OKLM est le morceau dont je suis le plus fier. Travailler avec un artiste qui a autant influé sur la musique en France et qui est autant reconnu dans son domaine, cela ne peut être qu’une fierté. La connexion s’est faite assez simplement, l’instrumentale lui a plu et il a décidé d’en faire le morceau que tout le monde connaît aujourd’hui. Le premier single de son prochain album qui est censé arriver à la rentrée prochaine.

 

Quel est le disque qui t’a le plus marqué au cours des trois dernières années ?

La réponse va peut être paraître trop facile, mais pour moi c’est « Magna Carta Holly Grail » qui m’a le plus marqué. Déjà un album de Jay Z c’est un événement surtout quand Timbaland et Swizz Beatz sont derrière lui à la réal et à la production. Et même « businessement » parlant, cet album a en quelque sorte révolutionné l’industrie de la musique. En ayant pensé à un réseau de distribution différent Jay Z a montré qu’il faisait de la bonne musique et qu’il prenait également le temps de réfléchir au moyen pour la présenter au public.

Qu’est-ce qu’il y a dans ton Ipod en ce moment ?

J’écoute tous les genres de musique, que ce soit de la pop du reggae ou du rap, mais là je suis en mode HS 87 (collectif du producteur Hit Boy), l’album « We The Plug » , une vraie dinguerie !

Tu viens de placer une première production marquante sur un single très médiatisé. Quels sont tes projets pour les mois à venir?

Pour le moment c’est “OKLM” de Booba, “Fourmis” de Niro pour son album « Miraculé » que j’ai produit, et le freestyle d’Alonzo. Pour le futur on verra, suivez-moi sur mes réseaux sociaux vous serez les premiers au courant !

Quel est ton point de vue sur le rap marocain et sur sa filière dans le monde entier (French Montana, RedOne, etc..) ?

Les Marocains et Africains en général sont talentueux, mais au Maroc ou ailleurs c’est difficile d’exploser, l’industrie est inexistante ce qui ne permet pas aux artistes de se développer. Les noms que tu m’as cité ont tous du s’exporter pour se faire connaître.

Plus de SoulaymanBeats ?

Vous pouvez me suivre sur Facebook et Twitter.